Accueil
   
Index
   
Soumettre
un article
   
Projet éditorial
   
Les numéros en ligne
  • 7 | 2014
    Les espaces de l'entre-deux
  • 6 | 2013
    Géographie des faits religieux
  • 5 | 2013
    Géographie humanimale
  • 4 | 2012
    Géographies critiques
  • 3 | 2012
    Les géographies des enfants et des jeunes
  • 2 | 2011
    Espace virtuels et varia
  • 1 | 2010
    Varia
  •    
    Qui sommes- nous?
       
    Contact
       
    Flux_rss Flux RSS
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       

    globeCarnets de terrain

     

    CONCOURS-PHOTOS
    Explorer la lenteur par la photographie

     


    Télécharger l'article


     


    Rôle de la lenteur dans les pratiques urbaines, dans les rythmes urbains, les temporalités et les technologies, dimensions spatiales et sociales de la lenteur, lenteur subie ou lenteur choisie... Tant de thèmes que ce huitième numéro de la revue Carnets de Géographes propose d’explorer par la photographie. Une quinzaine de photographies ont été reçues : les coordinatrices du numéro remercient vivement leurs auteurs. Après un vote auprès des membres des comités de la revue, trois photographies se sont démarquées par leur pertinence pour rendre compte de la lenteur. Les photographies lauréates, comme la plupart des propositions reçues, captent les dimensions spatiales des différentiels de vitesse. La lenteur est mise en regard avec des phénomènes rapides (circulation, véhicules) : Pascal Clerc montre une femme immobile qui regarde la circulation rapide et moderne à Ho Chi Minh, Helin Karaman juxtapose les images d’autocars avec celle de la voiture d’un chiffonnier et Maeva Rakotoma capte les usages lents d’une route malgache malgré sa bitumisation. Ces clichés semblent associer la lenteur à la tradition, à l’ancrage local, ou à la ruralité. La femme vietnamienne qui « semble venir d’ailleurs, d’un monde ralenti », le chiffonnier, les passants et les oiseaux sont les signes d’une certaine lenteur relevant du passé. Ces éléments sont mis en regard avec la modernité symbolisée par la circulation rapide, les autocars et le bitume. Les deux dimensions se côtoient (encore) dans l’espace en raison des mutations rapides.

     

    Photo lauréate
    AU BORD DE LA VILLE

     

    Pascal CLERC

    Équipe EHGO - UMR 8504 Géographie-Cités
    Géographie
    clercpascal@wanadoo.fr


     

    Ho Chi Minh Ville, mutations rapides, rêves de modernité, circulation dense. Sur le bord du trottoir, une femme hésite. Elle semble venir d’ailleurs, d’un monde ralenti, des campagnes vietnamiennes.





     

    2ème ex-aequo
    LA VOITURE DU CHIFFONNIER

     

    Helin KARAMAN

    CESPRA (UMR 8036) - EHESS
    Sociologie
    helin.karaman@gmail.com

     



    Istanbul, juin 2012. Sur la route empruntée par les autocars emplis de touristes que draine le Musée de la Conquête tout proche, un chiffonnier passe. Sa présence ne semble pas encore anachronique, pourtant elle n’a pas sa place dans l’image de la ville moderne selon le pouvoir municipal.






     

    2ème ex-aequo
    PEAGE

     

    Maeva RAKOTOMA

    Magistère Urbanisme et Aménagement - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Aménagement - Urbanisme
    maevarakotomanga@hotmail.com

     

    « Mora mora », prendre son temps, l’expression qui reste lorsqu’on revient de Madagascar. S’agit-il d’un choix ou d’un art de vivre imposé ? Quand le bitume coule enfin sur les routes rocailleuses, celles-ci deviennent source de richesse et la question du partage des flux se pose alors pour tous.





    credits_mentions_legales Votre monde  la carte